mardi 16 mai 2017

Les prisonniers palestiniens, symboles de l'enfermement d'un peuple

Alors que le mouvement de grève de la faim des prisonniers palestiniens « pour la liberté et la dignité » entre dans son trentième jour, je mets en ligne la préface que j'ai rédigée il y a quelques mois lors de la sortie de l'excellent ouvrage d'Assia Zaino, Des hommes entre les murs : comment la prison façonne la vie des Palestiniens, publié chez Agone. Un livre à lire, et à faire lire, a fortiori au regard de l'actualité.   

______________

« Sous un gouvernement qui emprisonne injustement, 
la place de l'homme juste est aussi en prison. »

H.D. Thoreau 



Les luttes anticoloniales, antiracistes et anti-apartheid ont toujours été confrontées à des politiques d’enfermement de masse. Les prisonniers politiques ont même été, bien souvent, des symboles internationaux de ces luttes, de Nelson Mandela à Bobby Sands en passant par Mumia Abu Jamal et Angela Davis. Car ces politiques d’incarcération ne sont pas un supplément d’âme de la répression coloniale/raciste. Elles forment un élément central des dispositifs d’oppression et jouent un rôle structurel dans l’organisation de la démobilisation et la mise au pas des récalcitrants. 

Les Palestiniens n’échappent pas à cette règle et doivent faire face, depuis des décennies, à des tribunaux militaires israéliens qui donnent chaque jour toute son actualité au bon mot selon lequel « la justice militaire est à la justice ce que la musique militaire est à la musique ». Le mouvement de libération palestinien, à l’instar de celui des noirs d’Afrique du Sud ou des catholiques d’Irlande du Nord, ne peut être compris si l’on fait abstraction de son rapport à l’emprisonnement, aux luttes des prisonniers pour le respect de leurs droits fondamentaux, et à celles de leurs familles pour leur libération. 

L’auteur de ces lignes a eu la chance, si l’on considère que le terme a ici un sens, d’échanger pendant de longues heures avec de nombreux prisonniers et anciens prisonniers palestiniens. Des conversations souvent tragiques, parfois drôles, mais toujours passionnantes.  Des anecdotes  entendues aux quatre coins des Territoires occupés, dont on comprend peu à peu qu'elles décrivent un système. Des rires et des larmes qui font écho aux conditions de vie quotidiennes des Palestiniens. 

Car l’univers carcéral israélien est, au-delà de ses spécificités, un « modèle réduit » de l’occupation israélienne prise dans sa globalité : un lieu d’enfermement, de répression, de déni de droit, de procédures arbitraires, mais aussi de socialisation politique et de lutte. Les prisons israéliennes poussant jusqu’à l’extrême – et souvent, à l’absurde – les logiques à l’œuvre dans le dispositif colonial de maintien de l’ordre, il n’est guère surprenant de constater que détenus et anciens détenus sont souvent les mieux à même de décrire les mécanismes de l’oppression subie par le peuple palestinien. 

Les témoignages rapportés dans ce livre n’en sont que plus précieux. Aussi personnels soient-ils, ils racontent en réalité l’histoire d’un peuple. Et c’est ainsi qu’il faut les considérer : non pas comme une collection d’histoires et de trajectoires personnelles, mais comme le récit de la destinée d’une population confrontée quotidiennement à l’injustice et à la répression, et qui refuse d’abdiquer ses droits. Sans céder à la tentation du romantisme qui accompagne trop souvent, et bien malgré elle, la « cause » palestinienne, il importe de lire ces témoignages comme de petites histoires qui racontent la grande histoire. 

Les paroles que l’on va découvrir dans les pages qui suivent n’ont guère eu, jusqu’à présent, l’occasion d’être portées à la connaissance d’un public francophone. Et il ne s’agit pas seulement d’un manque d’intérêt éditorial, même si l’on se doit bien évidemment de saluer l’initiative prise par Agone de rendre accessibles ces témoignages. 

La rareté de ces « récits de prison » tient aussi au fait que, pour la plupart des anciens prisonniers palestiniens, ils ne présentent guère d’intérêt. Comme le rappelle en effet Assia Zaino, chiffres à l’appui, dans les Territoires occupés la prison n’est pas, a fortiori pour la population adulte masculine, l’exception, mais bien la règle. Et c’est paradoxalement ce caractère systématique qui fait considérer à nombre de détenus et anciens détenus que leur histoire personnelle est, somme toute, banale. S’il leur arrive de parler, au détour d’une conversation, de leur expérience carcérale, il est rare qu’ils se prêtent au jeu du récit détaillé et du « retour sur expérience », ce qui rend d’autant plus remarquables les témoignages recueillis par l'auteure

Comme ont pu le faire certains parmi les résistants à l'occupation nazie, qui refusaient de raconter leurs histoires, considérant qu'elles n'avaient rien d'exceptionnel, les ex-prisonniers palestiniens pensent que leur expérience est si tristement banale qu’elle ne présente pas beaucoup d’intérêt. Les « faire parler » implique donc non seulement de construire une relation de confiance avec eux, mais aussi de leur signifier que leur parole a une valeur en soi, et c’est ce qu’a su faire l'auteure, dans les circonstances qu’elle expose au cours de l’introduction de son livre. 

La richesse de ces témoignages tient aussi au fait qu’ils nous rappellent que, dans les Territoires occupés, la situation des prisonniers est l’affaire de toute une population. Quiconque s’est rendu dans un village ou un camp de réfugiés palestinien sait que, dans tout foyer, il y a un détenu ou un ancien détenu. La prison s’invite dans chaque maison et, comme l’armée israélienne lorsqu’elle opère ses perquisitions, elle ne demande pas d’autorisation et laisse des traces indélébiles. 


Il ne s’agit pas d’une spécificité palestinienne, et de nombreux exemples historiques rappellent que les politiques d’internement de masse ne concernent pas que les prisonniers, mais bien toute la société, qui en est elle aussi victime. Ainsi, alors que l’un des épisodes les plus sanglants vécus par les catholiques d’Irlande du Nord, le Bloody Sunday, au cours duquel quatorze personnes tombèrent sous les balles de l’armée britannique, un quinzième décédant de ses blessures quatre mois plus tard, est entré dans l’histoire, on oublie souvent le contexte de cette tragédie : une manifestation d’ampleur, organisée à Derry, contre le « mass internment », autrement dit la politique d’incarcération systématique conduite par les autorités coloniales britanniques.  

Comme c’était le cas en Irlande du Nord, le sort des prisonniers politiques est une réalité essentielle dans la société palestinienne : il ne s’agit pas seulement de chiffres, mais de fils, de frères, d’époux, de pères, et aussi parfois de filles, de sœurs, d’épouses ou de mères. Aucun gouvernement, qu’il soit israélien ou palestinien, ne peut l’ignorer, et aucune négociation sérieuse ne pourra aboutir si elle n’inclut pas la libération des prisonniers politique palestiniens.  

Selon les mots d’un cadre du Front populaire de libération de la Palestine rencontré en 2002, « il n’y aura pas de paix tant que le dernier prisonnier n’aura pas été libéré ». Il savait de quoi il parlait, lui qui me racontait dix minutes plus tôt qu'il avait fait sa première grève de la faim en prison en solidarité avec Bobby Sands et ses compagnons de cellule en 1981, et qui m’expliquait un peu plus tard les raisons pour lesquelles il avait participé à l’élaboration du projet d’assassinat d’un ministre israélien, pour lequel il purgeait alors, et purge encore, une peine de prison à vie. Il savait  aussi que la prison est une expérience qui, même lorsqu’elle n’est vécue qu’une fois, change votre rapport au monde et à la lutte.

En Palestine, on n’en finit en effet jamais avec la prison, y compris lorsque l’on décide de renoncer, temporairement ou définitivement, à ses activités militantes. Les prisons israéliennes participent du façonnage d’une conscience politique, aussi contradictoire soit-elle, puisqu’elles continuent d’être un lieu de formation – même si elles jouent un rôle bien moindre, dans ce domaine, qu’il y a une trentaine d’années –, tout en contribuant à dissuader les Palestiniens de s’investir de manière trop visible dans la lutte collective. Ainsi, quand bien même elles concourraient à détruire le mouvement de libération, elles ne le font pas disparaître, et contribuent dans une certaine mesure à sa reproduction. 

À l’heure où ces lignes sont écrites, le nombre de prisonniers palestiniens augmente à nouveau, après avoir connu une baisse relative au cours des dernières années. Avec ce que les médias dominants ont nommé « Intifada des couteaux », une nouvelle génération palestinienne exprime, avec les moyens qui sont les siens, son rejet des politiques oppressives et discriminatoires, et se voit opposer une répression d’ampleur. Ils sont des centaines, voire des milliers, à expérimenter à leur tour les geôles israéliennes, comme leurs pères et leurs grands-pères avant eux. 

Nul ne sait ce qu’ils deviendront lorsqu’ils sortiront de prison. Les incarcérations n’empêcheront pas la poursuite de la lutte, mais elles contribueront en grande partie à la façonner, pour le meilleur et pour le pire. De génération en génération, une répression qui n’est confrontée qu’à un assourdissant silence international finit par porter ses fruits en décourageant, démobilisant, dépolitisant. On doit ainsi noter que la révolte à laquelle on assiste depuis désormais plus d’une année se concrétise par des actions individuelles, souvent désespérées, et qu’il n’existe pas de structure collective de coordination comme lors des soulèvements de 1987 ou 2000 : des décennies de répression et d’enfermement sont passées par là.

L’ouvrage d’Assia Zaino peut contribuer, modestement, à rompre le silence international qui entoure les politiques d’incarcération de masse menées par l’État d’Israël. Alors que des responsables politiques français, de plus en plus nombreux, se plaisent à vanter le « modèle israélien », il est en effet essentiel de rappeler que ledit modèle a pour pilier une politique d’enfermement systématique et son cortège de pressions, tortures et autres mécanismes de déshumanisation. Que celles et ceux qui ne veulent pas vivre dans un tel monde s’emparent et s’inspirent des témoignages livrés ici, en se souvenant du regretté Daniel Bensaïd, qui nous a appris que « c’est en résistant à l’irrésistible que l’on devient révolutionnaire ». 

Julien Salingue,
le 20 septembre 2016.

mardi 2 mai 2017

Ce n’est pas tant Le Pen qui s’est normalisée que le normal qui s’est lepénisé

"Banalisation", "normalisation", "dédiabolisation"… Nombreux sont les termes employés pour décrire la trajectoire du FN depuis que Marine Le Pen a succédé à son père. Quel que soit le mot choisi, la thèse est à peu près la même : au cours des dix dernières années, le FN aurait adopté une stratégie de conquête de pouvoir passant par une "normalisation" de son image, en rupture avec l’héritage du "vieux" FN de Jean-Marie Le Pen.

Mon intention n’est pas ici de discuter de la pertinence de cette thèse [1], ni des débats qu’elle suscite, mais plutôt d’évoquer l’un des points aveugles de cette approche : à trop se focaliser sur la volonté lepéniste de se normaliser, on en oublie à quel point dans le même temps, et en réalité depuis beaucoup plus longtemps, c’est le normal qui s’est lepénisé. 


Lepénisation des esprits


Le phénomène n’est pas nouveau. Dès le 2 mai 2002, un texte collectif [2], publié dans Le Monde, sonnait l’alarme : "Le plus choquant et le plus effrayant fut d'entendre, le soir même [du 21 avril 2002], le discours sécuritaire répété par presque tous les ténors des grands partis. […] Faire de l'insécurité, qui est un très grave symptôme, le problème quasi unique de la France contemporaine, c'est faire le jeu de l'extrême droite et d'une dérive autoritaire à venir".


En 2002 également, Sylvie Tissot et Pierre Tévanian signaient un 
remarquable Dictionnaire de la lepénisation des esprits [3], dans lequel étaient notamment analysées "la politisation, à partir de la fin des années 1980, de la question de l’immigration et la focalisation des débats politiques autour du "problème de l’immigration" [et] la montée en force, dans la seconde moitié des années 1990, des discours sécuritaires centrés sur les jeunes des classes populaires." [4]

Une "banalisation" du FN en somme, du fait de l’adoption de ses thèmes favoris par de plus en plus de responsables politiques, d’intellectuels et d’éditorialistes, et non en raison d’une quelconque stratégie volontariste de "dédiabolisation" venue du parti d’extrême-droite. Un phénomène qui permettait à Jean-Marie Le Pen de répéter à l’envi que tôt ou tard les électeurs et électrices préféreraient "l’original à la copie".  


Des paroles et des actes


Depuis 2002, la focalisation sur l’immigration et sur les questions de "sécurité" n’a non seulement pas cessé, mais elle s’est considérablement aggravée. Et l’on a continué à assister à ce déplacement du discours dominant vers les thèmes favoris de l’extrême-droite, avec un basculement progressif que l’on pourrait schématiser ainsi : on a commencé par dire que le FN posait de bonnes questions mais apportait de mauvaises réponses, puis on a dit que le FN posait de bonnes questions mais que toutes ses réponses n’étaient pas bonnes, et enfin on a dit que le FN posait de bonnes questions et apportait beaucoup de bonnes réponses mais qu’il n’avait pas la capacité à les mettre en œuvre, contrairement à nous, gens responsables.


Et c’est ainsi que, de la loi anti-voile de 2004 aux expulsions de camps de Rroms, de la création d’un ministère de l’Identité nationale à la fermeture des frontières aux migrant-e-s, de la mise en place de l’état d’urgence, devenu état d’exception permanent, au renforcement des conditions de légitime défense pour la police, des arrêtés anti-burkini au développement exponentiel de la vidéosurveillance, de l'armement de la police municipale à la déchéance de nationalité [5]… les paroles sont devenues de plus en plus souvent des actes et la politique du FN a progressivement été appliquée [6].


Dans le même temps, fort logiquement, la normalisation s’effectuait sur le plan intellectuel et médiatique, avec un Éric Zemmour de plus en plus omniprésent sur les antennes, un Ivan Rioufol consacré éditorialiste par ses pairs, un Valeurs actuelles considéré comme un hebdomadaire radical mais respectable, un Alain Finkielkraut récompensé par l’Académie française pour ses obsessions identitaires, la médiatisation toujours plus forte des "experts anti-terroristes" ayant fait leurs armes à l’extrême-droite [7]… Et peu de voix pour dire que tout cela n’était pas "normal".  


L’immigration, l’insécurité… et le reste 


C’est ainsi que le "mainstream" s’est modifié, que la frontière entre l’"acceptable" et l’
"inacceptable" s’est déplacée, que nous avons été petit à petit accoutumé-e-s à une nouvelle normalité. Bref : c’est ainsi que le normal s’est progressivement lepénisé. Et l’on s’épargnera de faire ici la liste des outrances racistes, islamophobes et plus globalement réactionnaires, devenues tellement banales que c’est désormais l’antiracisme politique, la lutte contre l’islamophobie ou même les combats féministes qui semblent devoir être dénoncés comme des "dérapages". 

Bien d’autres thèmes et propositions du FN ont été légitimés, en paroles et en actes, par les partis "républicains" et par les médias dominants : la restriction des libertés au nom de la sacro-sainte "sécurité" ; l’interdiction de réunions, de rassemblements, de manifestations… au nom de la sécurité de l’État ; la défense inconditionnelle de tous les agissements des "forces de l’ordre", et les campagnes calomnieuses contre celles et ceux qui dénoncent les violences policières ; la stigmatisation et le contournement des corps intermédiaires, notamment les syndicats, méprisés par un gouvernement prétendument "de gauche" ; les anathèmes contre les juges et la dépossession de la justice d’un nombre significatif de ses prérogatives, au profit de la police [8]… 


Loin d’une simple stratégie de "normalisation" du FN, on a en réalité assisté (et l’on assiste encore) à un processus plus ancien, par lequel la lepénisation des esprits s’est accompagnée d’une lepénisation du réel, qui a elle-même renforcé la lepénisation des esprits, laquelle a renforcé le caractère 
"normal" de la lepénisation du réel, etc. Il fallait dès lors avoir la lucidité légendaire d’un Daniel Cohn-Bendit pour poser, au début de l’année 2017, le diagnostic suivant : 




Comme si ce n’étaient pas les politiques et les discours fondés sur l’angoisse et la peur, et entretenant l’angoisse et la peur, qui avaient normalisé Marine Le Pen, et donné au passage du crédit à sa stratégie de "normalisation"… 




***


Il ne s’agit évidemment pas de dire ici que nous vivons déjà dans un État-FN, ni de relativiser, bien au contraire, la menace mortelle que constitue l'extrême-droite. Lorsque l’on étudie le programme et les pratiques de Marine Le Pen et de ses sbires, on mesure en effet que le pire est toujours possible. Mais à l’heure où certains continuent de produire des "analyses" sur la normalisation de Le Pen en ne voyant pas – ou en faisant semblant de ne pas voir – à quel point le normal a été lepénisé, et surtout à l’heure ou certains (parfois les mêmes), qui n'ont rien dit au cours des 15 dernières années, se croient autorisés à donner des leçons d’antifascisme à celles et ceux qui, à gauche, hésitent à voter Macron ou ont choisi de ne pas le faire, certaines pendules nécessitent d’être remises à l’heure. 

Il ne s’agit pas non plus de polémiquer par je-ne-sais quel goût de la joute verbale ou je-ne-sais quel sens de l’honneur, mais bien de rappeler que l’antifascisme du dimanche électoral, que l’on ne confond pas ici avec le vote de celles et ceux qui, à gauche, entendent sincèrement "faire barrage au FN dans les urnes", est une posture particulièrement malvenue, a fortiori lorsqu’elle est adoptée par ceux qui ont contribué à lepéniser le normal... et donc à normaliser l'extrême-droite. Lutter contre la menace fasciste, c’est lutter, d’une part, contre le FN, ses idées et leur banalisation et, d’autre part, contre les politiques grâce auxquelles l’extrême-droite se développe. Mais c’est aussi refuser de considérer comme « normale » une réalité devenue cauchemardesque et se battre, quoi que l'on décide de faire le 7 mai, pour réhabiliter la portée fondamentalement nécessaire, et donc réaliste, de l’utopie.   


_______________________

[1] On ne pourra toutefois manquer de souligner au passage que l’une des clés de la normalisation du FN était sa normalisation médiatique, avec notamment le fait que les médias parlent de cette stratégie : "Marine Le Pen fait le ménage", "Marine Le Pen condamne tel ou tel "dérapage"", "Marine Le Pen refuse le soutien de tel ou tel néonazi", etc. Résultat : évoquer dans les médias la stratégie de normalisation du FN, y compris de manière critique, a contribué à cette normalisation. Les ruses de la raison performative.
[2] Jean-Claude Boual, Michèle Descolonges, Françoise Héritier, Michel Juffé, Maxime Sassier, Arnaud Spire, Yan Thomas, Jean-Pierre Vernant, "Lepénisation des esprits et crise de la démocratie", que l’on peut retrouver sur le site du Monde.
[3] Paris, Esprit frappeur, 2002.
[4] "La lepénisation des esprits : retour sur une histoire qui ne finit jamais", publié sur le site Les mots sont importants.
[5] La liste est malheureusement loin d’être exhaustive.

[6] Il ne s'agit pas de dire ici que l'application des mesures prônées par le FN n'a commencé qu'après 2002. Mais l'accélération du phénomène est évidente.
[7] Là encore, la liste est malheureusement loin d’être exhaustive.
[8] Là encore… 


mercredi 26 avril 2017

Extrême-droite vs candidat des banques : la catastrophe n’est pas imminente, elle est déjà là

Disons-le clairement : cette configuration de second tour est une catastrophe.

Parce que le FN y est présent, bien entendu, et que le peu de réaction que cela suscite en dit malheureusement long sur la normalisation de l’extrême-droite.

Mais aussi parce que l’adversaire de Le Pen au second tour est, malgré sa large avance dans les sondages, l’opposant rêvé pour le FN. 

Polarisation de classe

Macron est en effet celui qui incarne le plus le mythe de la mondialisation heureuse, et des prétendues vertus du néo-libéralisme, de la dérégulation financière, de la déréglementation du marché du travail, de l’eurobéatitude, etc. Face à celui qui se pose fièrement en champion de la mondialisation néo-libérale, Le Pen se pose frauduleusement, mais logiquement, en représentante des exclu-e-s de cette mondialisation. 

Et il suffit de faire un peu de sociologie électorale pour mesurer l’étendue des dégâts : plus on est dans les « CSP+ », plus on vote Macron, plus on est dans les « CSP- », plus on vote Le Pen ; plus on a des hauts revenus, plus on vote Macron, plus on a des bas revenus, plus on vote Le Pen ; plus on est diplômé, plus on vote Macron, moins on est diplômé, plus on vote Le Pen, etc. Ces tendances opposées, qui font écho à la sociologie de la France du « Oui » et de celle du « Non » au référendum de 2005, n’ont jamais été aussi marquées qu’à l’occasion de ce second tour.



Autant dire que le vote du 7 mai va être marqué par une polarisation de classe, et risque de se solder par un vote avec de puissantes dynamiques de classe. Tout n’est évidemment pas chimiquement pur et ces dynamiques de classe n’équivalent pas, côté FN, à un vote de classe à strictement parler, puisque les motivations premières de son électorat sont racistes et sécuritaires, et non économiques et sociales. Mais les tendances lourdes sont là, aussi contradictoires soient-elles, et c’est ce qui est le plus inquiétant. 

Le discours dominant chez les éditorialistes, sondologues et responsables politiques enfonce encore un peu plus le clou : les électeurs et électrices de Macron seraient pour la modernité, la marche « normale » du monde, le renouvellement politique qui accompagne le progrès technologique, etc. ; les autres seraient tournés vers le passé, peu cultivés, réfractaires au progrès, fermés sur le monde : des beaufs ouvriers, des chômeurs décérébrés. 

La nécessaire mobilisation contre le FN, formation politique qui représente le pire des dangers pour les libertés démocratiques, pour les classes populaires, pour les femmes, les LGBTI, les étranger-e-s et les Français-es non-Gaulois, ne peut s’abstraire de ces considérants de classe. Et c’est pour cela que la configuration du deuxième tour, avec un Macron qui incarne une vraie politique de classe, celle des dominants, est catastrophique. 

Le vote Macron n’est ni le problème, ni la solution

Et voilà pourquoi, comme tant d’autres, je n’appelle pas à voter Macron. Et absolument pas, comme je le lis ici ou là à propos de celles et ceux qui sont sur cette position, parce que nous tracerions un trait d’égalité entre Macron et Le Pen, entre la démocratie bourgeoise et le fascisme. Je suis en ce sens en plein accord avec la déclaration de Philippe Poutou le soir du premier tour, qui désigne clairement le FN comme notre adversaire mortel et qui ne dénigre aucunement celles et ceux qui iront voter Macron. 

Mais face à une telle polarisation de classe, il me semble inenvisageable, lorsque l’on a publiquement soutenu une candidature de classe comme celle de Philippe Poutou, de joindre ma voix au chœur de ceux qui non seulement nous écrasent depuis des décennies, mais sont fiers d’annoncer qu’ils vont continuer à le faire. Le résultat du premier tour et la polarisation qui s’annonce au deuxième tour sont la conséquence du brouillage des repères de classe, et autant éviter de les brouiller encore plus en appelant à voter Macron.  


Ce qui ne signifie pas, contrairement à ce que certains affirment, être passif et « laisser les autres aller voter en se bouchant le nez ». Car se battre pour que Le Pen ait le moins de voix possible, ça ne se résume pas à voter ou faire voter Macron. Ce n’est pas seulement faire baisser son score en valeur relative, mais aussi en valeur absolue, en décourageant les gens de voter pour elle. C’est le sens du mot d’ordre « Pas une voix pour Le Pen », que l’on retrouve notamment dans les communiqués de la FSU et de la CGT, peu suspectes de naïveté face à l’extrême-droite, et qui n’appellent pas elles non plus à voter Macron. 

Faire reculer le FN, pas le contenir 

Or faire perdre du soutien et des voix à Le Pen, c’est possible : a-t-on déjà oublié l’impact du « grand débat » du 4 avril, et de l’attaque de Philippe Poutou contre Le Pen qui est apparue bien impuissante face à un ouvrier qui expliquait qu’elle faisait partie du système ? Une attaque frontale face à laquelle elle est restée, c’est suffisamment rare pour le souligner, silencieuse. De l’aveu même des dirigeants du FN, ça leur a fait beaucoup de mal, ça leur a fait perdre des voix, ça a largement écorné son image de « candidate du peuple » et ça a laissé des traces. 

Pas plus tard que ce matin, sur le marché de Rungis, Le Pen s’est faite huer par des commerçants aux cris de « Poutou ! Poutou ! ». Et il y a fort à parier que ces commerçants n’avaient pas voté Poutou… Il ne s’agit évidemment pas de dire que tout se résume à quelques minutes de télévision le 4 avril dernier. Cependant, ce qui est certain, c’est qu’il n’y a aucune fatalité à ce que la majorité des exclus de la mondialisation votent Le Pen. Mais on ne les convaincra pas de voter Macron, candidat assumé des forces qui ont provoqué leur exclusion.


Il ne s’agit évidemment pas de sombrer dans des discours du type « il faut comprendre les préoccupations des électeurs du FN ». Ça, on sait où ça mène : on commence par dire que le FN pose de bonnes questions mais apporte de mauvaises réponses, puis on dit que le FN pose de bonnes questions mais que toutes ses réponses ne sont pas bonnes, et enfin on dit que le FN pose de bonnes questions et apporte de bonnes réponses mais qu’il n’a pas la capacité à les mettre en œuvre, contrairement à nous, gens responsables.  

Donc ne rien concéder sur les questions antiracistes, sur l’internationalisme, sur les droits des femmes et des LGBTI, sur les questions de démocratie, de libertés publiques, etc. Et le dire haut et fort dans les jours qui viennent (et après). Mais comprendre aussi que cela ne suffit pas, et qu’il faut également attaquer le FN sur son autre terrain de prédilection : le parti soi-disant hors système, au service des petits et des exclus. Car si on ne fait pas ça, on passe à côté de la problématique de classe, et on n’effrite que très peu le socle électoral du FN.

Là où il est élu, le FN réduit les subventions attribuées aux cantines scolaires, contraignant les plus pauvres à retirer leurs enfants de la cantine. Là où il est élu, le FN baisse les budgets des écoles, supprime le 13ème mois aux employés municipaux, ferme les locaux du Secours populaire. Au Parlement européen, le FN vote pour la directive « Secret des affaires » présentée par la commission européenne, qui permet aux multinationales de toujours mieux tricher, frauder et persécuter les lanceurs d’alerte. 

Le FN pique dans les caisses, le FN détourne de l’argent, le FN se planque derrière les lois du « système » qu’il prétend combattre. Le FN est dirigé par une riche héritière, qui vit de la politique, et qui est entourée de gens qui méprisent les ouvrier-e-s, les salarié-e-s, les pauvres, comme ils ont eu l’occasion de le démontrer en injuriant Philippe Poutou après le débat du 4 avril, à propos de sa tenue vestimentaire, de sa façon de parler, de son investissement syndical pour défendre les conditions de travail chez Ford et ailleurs.


La catastrophe ne va pas arriver : elle est arrivée

Et tout ça, ce ne sont évidemment pas les partisans de la mondialisation néo-libérale, qu’ils soient au PS, chez Macron ou aux Républicains, qui vont le dire, car ils font pareil. Alors ne nous trompons pas d’adversaires, ni d’alliés. Notre problème n’est pas de nous empailler entre nous à propos du vote Macron. Pour ma part, je ne mènerai aucune campagne contre le vote Macron, ni ne tenterai de décourager ou de faire culpabiliser celles et ceux qui vont aller voter. Et ce serait bien que cela marche dans les deux sens, car on a autre chose à faire.

Si la discussion se polarise, et c’est bien ce que certains voudraient, autour de la question du bulletin de vote Macron, les questions politiques disparaissent, ainsi que toute perspective au-delà du 7 mai. Or c’est bien de cela dont il s’agit. Face au FN, il s’agit de construire un front social et politique aussi intransigeant sur les questions antiracistes, internationalistes, féministes, démocratiques… que sur les questions de justice sociale, de partage des richesses, de déprofessionnalisation de la politique, de lutte contre la marchandisation du monde et l’appropriation capitaliste. Le premier rendez-vous, c’est le 1er mai prochain. Et il faudra en organiser bien d’autres.

À nous de mener campagne ensemble contre notre adversaire mortel, le FN. À nous de mener une campagne antiraciste, internationaliste, féministe, démocratique, contre l’ultra-réaction que représentent Le Pen et son parti. Mais une telle campagne ne pourra faire reculer le FN, à court, moyen ou long terme, que si elle intègre aussi, et sans tergiverser, les questions de classe. Alors, que l’on vote Macron (à reculons) ou pas, il faudra clairement dénoncer les politiques, et les responsables politiques, qui ont permis l’ascension du FN, y compris Macron. Et que l’on soit militant-e dans un parti ou pas, dénoncer le FN comme un parti du système, et contribuer à reconstruire du collectif et de la conscience de classe là où elle a quasiment disparu.

Le pire n’est jamais certain, mais un deuxième tour mettant aux prises le candidat des banques et la candidate de l’extrême-droite n’est pas l’annonce d’une catastrophe qui pourrait survenir. La catastrophe est déjà là. Et s’il ne s’agit évidemment pas d’adopter une posture professorale, on peut se le dire franchement : l’heure n’est ni aux leçons de morale, ni aux raccourcis électoraux, ni aux demi-mesures, mais bien à l’engagement, collectif, durable, et radical.  

jeudi 16 février 2017

Quand Causeur et Valeurs actuelles s’essaient à la critique des médias

Quand des médias de la droite décomplexée, tels Causeur ou Valeurs actuelles, s’adonnent à la critique des médias [1], faut-il applaudir ? Pas nécessairement.
Surtout quand, à la lecture des deux « dossiers » en question, on a le sentiment d’avoir affaire à une opération idéologique opportuniste, qui s’appuie sur des imputations et des approximations, sinon des falsifications, et qui s’inscrit en outre, contrairement à notre critique, dans une « guerre interne » entre médias. Une opération idéologique qui se prolonge aujourd’hui avec la récente mise en ligne d’une pétition exigeant « le pluralisme des opinions dans l’audiovisuel public », soutenue entre autres par Valeurs actuelles.

mercredi 8 février 2017

« Benoît Hamon le rêveur » : un cauchemar pour les éditorialistes

Le dimanche 4 février, Benoît Hamon était « officiellement » investi candidat à l’élection présidentielle lors d’une initiative organisée à la salle de la Mutualité, à Paris, après avoir déjoué tous les pronostics des turfistes des grands médias qui traitent les campagnes électorales comme des courses de chevaux.
L'occasion de revenir sur des semaines de commentaires avisés, glanés au cours du mois de janvier à l’occasion des débats et du scrutin de la « primaire de gauche » : ils donnent un aperçu non seulement de l’indigence, mais surtout de la convergence strictement propagandiste des commentaires d’un journalisme de caste, mobilisé au service de son prétendu « réalisme ». En un mot : Benoît Hamon le « rêveur », un cauchemar pour les éditorialistes associés.

mardi 31 janvier 2017

Retour sur une inoffensive séquence d’autocritique médiatique

Le dernier trimestre de l’année 2016 a donné lieu à une séquence intensive d’autocritique (au sens fort : d’auto-critique), ou tout du moins d’apparente autocritique des médias dans les médias. Le vote britannique en faveur du « Brexit », la victoire de Donald Trump et la qualification de François Fillon lors de la primaire de la droite, au détriment du « favori  » Alain Juppé, ont en effet suscité de nombreuses contestations des grands médias, au point que ceux-ci ont dû faire mine de les entendre, parfois en reconnaissant leur légitimité, mais le plus souvent en les neutralisant tout en proclamant avoir «  compris le message  » des électrices et des électeurs.
Retour, donc, sur une séquence d’autocritique inoffensive, sinon auto-justificatrice, dont les grands médias ont le secret. En effet, ce n’est pas la première du genre : on se souviendra notamment de celle qui avait suivi le premier tour de l’élection présidentielle d’avril 2002, ou encore les résultats du référendum sur le Traité constitutionnel européen en mai 2005.

mardi 17 janvier 2017

Un exemple de journalisme sportif : les commentaires du premier débat de la « primaire de gauche »

Le jeudi 12 janvier était organisé le premier débat télévisé entre les sept candidats à la primaire de la « Belle alliance populaire », renommée par certains « primaire de la gauche » ou « primaire du Parti socialiste ». Un débat de deux heures, animé par trois journalistes (Gilles Bouleau de TF1, Élizabeth Martichoux de RTL, et Matthieu Croissandeau de L’Obs), qui a été largement commenté dans l’ensemble des grands médias : l’occasion pour le journalisme politicien de faire une nouvelle démonstration de sa médiocrité. Un exemple exemplaire parmi d’autres, passés et sans doute à venir.

mercredi 11 janvier 2017

Lire : "L’empire. Comment Vincent Bolloré a mangé Canal+", par R. Garrigos et I. Roberts

« Comment Vincent Bolloré a mangé Canal+ ». Le sous-titre de l’ouvrage de Raphaël Garrigos et Isabelle Roberts, mieux connus comme les « Garriberts », est explicite. L’empire relate une histoire : celle de la prise de contrôle et de la mise au pas de Canal+ par l’industriel breton entre l’été 2014 et la rentrée 2016.
« C’est une histoire de violence. C’est une histoire de vengeance, de pouvoir, d’argent, mais c’est avant tout une histoire de violence », avertissent les auteurs dès la préface du livre. Et, à suivre les différentes étapes de cette prise de contrôle, telles qu’elles sont relatées par les Garriberts, le moins que l’on puisse dire est que le mot « violence » n’est pas galvaudé.

jeudi 15 décembre 2016

Massacres à Alep : lettre à un « camarade » qui s’obstine à justifier l’injustifiable


« Camarade »,

Cela fait plusieurs semaines que je me dis que je vais t’écrire, et ce sont les événements tragiques d’Alep et ta réaction à ces événements, ou parfois ta non-réaction, qui ont fini par me persuader que l’heure était venue de m'adresser à toi. Pas nécessairement dans le but de te convaincre, car je crois que malheureusement il est déjà trop tard. Mais au moins, comme ça, les choses seront dites et tu ne pourras pas dire que tu ne savais pas. 


Au nom de l’anti-impérialisme ?

La ville d’Alep est victime d’un massacre, d’une véritable boucherie qui fait immanquablement penser à d’autres villes martyrs comme Srebrenica, Grozny, Fallouja, mais aussi Varsovie et Guernica, ou encore aux camps palestiniens de Sabra et Chatila. Les témoignages directs qui affluent de la ville, venus de Syriens « ordinaires », et non des seuls membres d’un quelconque groupe armé, sont éloquents, a fortiori lorsqu’ils sont accompagnés de photos ou de vidéos. Des mots et des images qui disent la détresse, qui disent l’impuissance, qui disent l’horreur.

Mais toi, « camarade », tu t’es évertué ces derniers jours – si l'on peut considérer que cet exercice peut avoir de près ou de loin un quelconque rapport avec une vertu – à expliquer qu’il ne fallait pas s’engager aux côtés des habitants d’Alep et qu’il ne fallait pas dénoncer les bombardements dont ils étaient victimes, pas plus qu’il ne fallait dénoncer les exactions commises par les troupes au sol lors de la « libération » de la ville. En d’autres termes, tu es venu nous expliquer qu’il ne fallait pas prendre de position claire et déterminée contre un massacre planifié et perpétré par le régime dictatorial de Bachar al-Assad et par ses alliés, au premier rang desquels la Russie et l’Iran.  

Si je m’adresse à toi, « camarade », c’est parce que nous avons par le passé partagé nombre de combats, notamment – mais pas seulement – le combat pour les droits du peuple palestinien. Parce que je pensais que, malgré nos divergences, nous avions des principes communs. Je n’ai en effet rien à dire à la droite et à l’extrême-droite pro-Poutine et/ou pro-Assad, qui assument clairement leur soutien à des régimes autoritaires au nom de « valeurs » communes, et qui n’ont jamais fait semblant de vouloir construire une réelle solidarité avec les peuples opprimés.

Mais toi, « camarade », tu te pares de vertus « progressistes », « anti-impérialistes », voire « socialistes », « communistes » ou même « révolutionnaires ». Et c’est au nom de ces vertus que tu tentes de nous convaincre aujourd’hui qu’il ne faut pas se tenir résolument aux côtés de la population d’Alep assiégée et massacrée, et qu’il ne faudra pas se tenir demain aux côtés des populations des autres villes syriennes déjà assiégées et bientôt massacrées.

Ce qui n’est pas, tu l’avoueras, le moindre des paradoxes.




« Les plus méchants ne sont pas nécessairement ceux que l’on croit. »

J’avais en effet cru comprendre que ce qui constituait le patrimoine génétique commun de la gauche anti-impérialiste, c’était d’être aux côtés des peuples écrasés par les États impérialistes et leurs alliés. J’avais cru comprendre que dans ce patrimoine génétique que nous semblions partager, on ne transigeait pas avec la solidarité internationale. Et j’avais espéré que malgré tes positions parfois plus qu’ambigües quant à la tragédie syrienne, le martyr d’Alep te ramènerait à la raison, et à la maison.

Mais non. Tu t’obstines. Tu t’obstines à tenter d’expliquer que l’on ne peut pas prendre partie pour la population massacrée à Alep. Tu t’obstines à tenter d’expliquer que « les choses ne sont pas si simples ». Tu t’obstines à tenter d’expliquer que dans cette « guerre », il n’y a pas « des gentils d’un côté et des méchants de l’autre », et qu’il faut ainsi savoir raison garder et ne pas céder à la facilité.

Car toi, bien évidemment, « camarade », tu ne cèdes pas à la facilité. Jamais. Tu nous proposes d’ailleurs ton analyse complexe, pleine de hauteur et de nuance, qui ressemble à peu près à ceci : « Non, Assad n’est pas un démocrate, et les pays qui le soutiennent ne sont pas franchement des modèles non plus. Mais attention : la soi-disant rébellion syrienne est en réalité majoritairement composée de forces issues de l’islam intégriste, voire jihadiste, téléguidées et armées par des régimes réactionnaires comme l’Arabie saoudite, le Qatar et la Turquie, voire par les parrains occidentaux de ces derniers, notamment les États-Unis et la France. »

Conclusion : « Prudence, les plus méchants ne sont pas nécessairement ceux que l’on croit. »


La population syrienne, tu connais ?

Le premier problème avec ton analyse, « camarade », est qu’elle « oublie » un acteur essentiel : la population syrienne. Tu sembles en effet « oublier » que le point de départ des « événements » en Syrie n’est pas une intervention saoudienne, états-unienne, qatarie ou turque. Ni même russe. Le point de départ de tout cela, c’est qu’en mars 2011 des centaines de milliers de Syriens se sont soulevés contre un régime dictatorial et prédateur, comme en Tunisie, comme en Égypte, comme en Libye. Et que si Assad et ses sbires n’avaient pas fait le choix de réprimer ce soulèvement dans le sang, avec plus de 5000 morts et des dizaines de milliers d’arrestations durant l’année 2011, ils seraient eux aussi tombés sous la pression populaire.

Et nous parlons bien de l’année 2011, cette année où, souviens-toi, « camarade », tu t’enthousiasmais pour les autres soulèvements dans la région. « Le peuple veut la chute du régime », tu te rappelles ? Tu l’as peut-être même chanté dans les rues d’une ville française, toi qui es si épris de liberté, de justice sociale et de démocratie. En Syrie aussi, on le chantait, avec les mêmes revendications économiques, sociales et politiques que dans les autres pays de la région touchés par le soulèvement, et Ryad, Doha, Paris ou Washington n’avaient rien à voir avec ça. Si tu t’intéresses de si près à la chose syrienne, tu dois d’ailleurs savoir qu’à chaque fois qu’il y a eu une trêve au cours des dernières années, les manifestations ont recommencé. Que sans l’intervention de l’Iran, puis de la Russie, le régime serait tombé, sous la pression des Syriens, pas de quelques milliers de « combattants étrangers » – qui sont arrivés, soit dit en passant, bien après que le régime eut tué des milliers de Syriens désarmés, et fait sortir de prison des dizaines, voire des centaines, de « jihadistes », t'es-tu déja demandé pourquoi ? Et que oui, les racines de la « crise » syrienne sont bel et bien la contestation populaire d’un clan et la réponse de ce dernier : tout détruire plutôt que de perdre son pouvoir et ses prébendes.

À moins que tu ne veuilles signifier que depuis le début les Syriens sont « manipulés » par les pays occidentaux, que tout ça n’est, au fond, qu’une histoire d’hydrocarbures, et que le soulèvement syrien était téléguidé depuis l’extérieur par des puissances qui n’ont qu’à appuyer sur un bouton pour que des populations se soulèvent. Mais je n’ose même pas le penser : tu n’es pas de ceux qui estiment que les Arabes sont tellement benêts qu’ils ne sont pas capables de penser par eux-mêmes et que quand ils se mettent à se mobiliser et à revendiquer en pensant « justice sociale », quitte à risquer de perdre leur vie, c’est forcément parce qu’ils sont manipulés par des Occidentaux qui pensent « hydrocarbures ». 

Pas vrai, « camarade » ?


Lance-roquettes contre aviation

Le deuxième problème avec ton analyse, « camarade », est que tu mets sur le même plan, d’une part, le « soutien » apporté par la Russie et l’Iran à Assad et, d’autre part, le « soutien » apporté par les États-Unis, la France, la Turquie et les monarchies du Golfe aux forces d’opposition syriennes. Tu essaies de faire croire qu’il n’y aurait pas une supériorité militaire écrasante du régime Assad et de ses alliés et qu’après tout, pour reprendre, en la modifiant à peine, une formule en vogue dans un pays frontalier de la Syrie, « Assad a le droit de se défendre ».

Mais oses-tu réellement comparer, d’une part, les milliers de « conseillers militaires » et l'armement iraniens, les milliers de combattants du Hezbollah et, surtout, l’aviation russe (ainsi que les véhicules et l’armement lourd fournis par la Russie, 2ème puissance militaire mondiale) qui viennent en appui à un État et une armée régulière et, d’autre part, les armes légères, les lance-roquettes et lance-missiles vétustes fournis ou financés par les monarchies du Golfe ou la Turquie et les armes légères, les lance-roquettes, les quelques armes anti-char et les systèmes de communication et dispositifs de vision nocturne fournis, au compte-goutte, par les États-Unis et la France ?

Sais-tu que ce que demandent les forces d’opposition syriennes depuis le début ce sont des missiles anti-aériens, pour pouvoir se défendre contre les avions de la mort de Poutine et d’Assad, et que ce sont les États-Unis qui ont systématiquement mis leur veto à la livraison de telles armes ? Sais-tu qu’au début de l’année 2014, après l’échec de la conférence de « Genève 2 », les Saoudiens ont pour la première fois suggéré de livrer des lance-missiles aux forces d’opposition syriennes, que les États-Unis s’y sont opposés, et qu'ils n'ont pas changé de position depuis ? Les États-Unis qui ne voulaient pas, qui ne veulent pas, que ces armes tombent « entre de mauvaises mains », et qui ne veulent surtout pas que l'appareil d'État syrien soit détruit car ils ont tiré, contrairement à d'autres, les bilans de leur brillante intervention en Iraq.  

Pose-toi la question : elles sont où, les terribles armes des forces d'opposition ? Penses-tu sérieusement qu’Assad aurait pu bombarder des quartiers entiers depuis des hélicoptères volant à basse altitude si les opposants syriens disposaient d’un réel armement ? 

Et te souviens-tu qu'en mai dernier l'ambassade de Russie en Grande-Bretagne, qui doit pourtant être bien renseignée et qui, si elle avait des preuves du surarmement des opposants à Assad, les exhiberait, en était réduite à tweeter des images extraites d'un jeu vidéo (!) pour « démontrer » que les forces d'opposition syriennes recevaient des armes chimiques ? 



Alors soyons sérieux, tu veux bien ?


Qui détruit la Syrie ?

Le troisième problème avec ton analyse, « camarade », est que tu oublies tout simplement une donnée fondamentale : les faits. Car tu pourras toujours me dire que ce que je viens d’écrire est impossible à prouver, même si ce sont les acteurs principaux de ce « non-soutien » et les « non-soutenus » qui en ont témoigné, et qui continuent de le faire, car peut-être, après tout, sont-ils de fieffés menteurs.

Mais si tu veux absolument des preuves, contente-toi d’ouvrir les yeux et pose-toi cette question simple : comment la Syrie a-t-elle pu être détruite ? Quand tu commentes les images des villes rasées en disant qu’il y a « de la violence des deux côtés », tu occultes un détail : qui possède les armes nécessaires pour des destructions d’une telle ampleur ? Pour le dire autrement : qui peut mener des bombardements ? Où sont les avions des forces d’opposition syriennes ? Où sont les hélicoptères des forces d’opposition syriennes ? Où sont leurs tanks ? Cachés sous terre, comme la surpuissante armée de Saddam Hussein qui menaçait le monde entier ? Combien les forces d’opposition syriennes ont-elles détruit d’avions ? Sais-tu qu’en 2013, lorsqu'elles ont abattu deux hélicoptères, il s’agissait d’un événement tellement rare qu’elles l’ont célébré en grande pompe et qu’elles ont diffusé partout des images de leur « exploit » ? Deux hélicoptères ! À l’époque, je n’ai pas pu m’empêcher de penser aux Gazaouis célébrant la chute accidentelle d’un drone israélien…

La « coalition » menée par les États-Unis intervient militairement, objectes-tu. Mais peux-tu me faire la liste des bombardements menés par cette « coalition » contre les forces armées du régime d’Assad ou contre les forces armées qui le soutiennent ? Non, ne perds pas ton temps à chercher, car je me renseigne moi-même quotidiennement auprès de sources sûres : d’après le régime de Damas et les médias qui relaient sa communication, sources que l’on ne peut guère soupçonner de vouloir dissimuler ce type de bombardements, la chose est arrivée… deux fois. La première fois, c'était en décembre 2015 (4 morts), dans la région de Deir ez-Zor, la « coalition » démentant avoir visé l'armée syrienne et affirmant qu'elle avait bombardé Daech. La deuxième fois, c’était en septembre 2016 (entre 50 et 80 morts selon les sources), près de l’aéroport de Deir ez-Zor, la « coalition » reconnaissant cette fois-ci avoir bombardé les positions du régime et présentant des excuses officielles à Bachar al-Assad et à Vladimir Poutine. 

En résumé, et sauf erreur de ma part (nul n'est infaillible), la « coalition », qui revendique environ 5000 « frappes » sur la Syrie, a ciblé deux fois, depuis le début de sa campagne de bombardements en 2014, le régime Assad, dont une fois où elle s'est « excusée ». À noter, donc, dans ton calepin : « les véritables opérations militaires menées par la "coalition" ont visé Daech et d'autres groupes "jihadistes", et non Assad et ses alliés ».


Pour finir, quelques remarques « préventives »

Il y a bien d’autres problèmes avec ton analyse, « camarade », mais je ne veux pas abuser de ton temps. D’ailleurs, pour avoir eu souvent l’occasion de discuter de vive voix avec toi de ces « problèmes d’analyse » en confrontant, à ta « géopolitique » et à ton « anti-impérialisme », les faits et la chronologie réelle des événements, je sais que tu n’aimes pas trop ça, les faits. Ils sont vraiment trop têtus.

Car c’est beaucoup plus simple de venir provoquer ou semer le trouble via des posts/commentaires Facebook ou dans des forums de discussion que de prendre le temps d’avoir un échange un peu précis et argumenté.  

Alors au cas où tu serais quand même tenté de céder à la facilité et de vouloir jouer à ce petit jeu, je te soumets quelques remarques « préventives » :

- Avant de me dire que je défends les mêmes positions que les États-Unis, la France, l’Arabie saoudite, le Qatar, BHL ou quelques autres « compagnons encombrants », souviens-toi que, si on raisonne de la sorte, tu défends de ton côté les mêmes positions que la Russie, l’Iran, le maréchal Sissi, François Fillon ou Marine Le Pen, et demande-toi si c’est un argument.

- Avant de me dire qu'Israël a bombardé, depuis 2011, à une quinzaine de reprises, des positions du régime Assad, et que ceux qui sont contre Assad sont donc avec Israël, souviens-toi qu’en juin dernier Poutine déclarait, au terme d’une rencontre avec Netanyahu avec lequel il venait de signer plusieurs accords commerciaux, ce qui suit : « Nous avons évoqué la nécessité d'efforts conjoints dans la lutte contre le terrorisme international. Sur ce plan, nous sommes des alliés. Nos deux pays ont une expérience importante en matière de lutte contre l'extrémisme. Nous allons donc renforcer nos contacts avec nos partenaires israéliens dans ce domaine ». Et demande-toi si c’est un argument.

- Avant de me dire que la rébellion syrienne en a appelé aux pays occidentaux pour recevoir des armes et bénéficier d’un appui militaire conséquent, notamment aérien, et que ça cache forcément quelque chose, souviens-toi que les forces kurdes que tu admires tant – à juste titre – depuis qu’elles ont repoussé Daech à Kobané ont fait exactement la même chose, et qu’elles ont, elles, obtenu cet appui, au point qu’elles ont remercié publiquement les États-Unis de leur soutien, et demande-toi si c’est un argument.

- Avant de me dire que la rébellion syrienne, quand bien même on aurait pu avoir au départ de la sympathie pour elle, est aujourd'hui confisquée par des forces réactionnaires issues de l'islam politique, et que certaines de ces forces n'hésitent pas à s'en prendre violemment à des civils ou, variation sur le même thème, que c'est vraiment tragique de bombarder des civils mais que c'est parce que les terroristes se cachent parmi eux, quand ils ne les utilisent pas comme boucliers humains, souviens-toi que c'est le discours de ceux qui veulent justifier les campagnes de bombardements meurtriers sur Gaza, et demande-toi si c'est un argument.

- Avant de me dire que les insurgés syriens sont des « alliés objectifs » de Daech, souviens-toi que Daech a été chassé d'Alep au début de l'année 2014 par ceux qui sont en train de se faire aujourd'hui massacrer par Assad, réfléchis ensuite au concept d'« allié objectif », et demande-toi si c'est un argument. Tu peux aussi repenser, si tu n'es pas convaincu, à ce qui a été rappelé plus haut à propos des véritables cibles des bombardements de la coalition, et te demander une deuxième fois si le coup de l'« allié objectif » est un argument. 

- Avant de me dire, enfin, que ceux qui dénoncent Assad et Poutine « oublient » de dénoncer les massacres commis par les grandes puissances occidentales et par leurs alliés, sache que parmi ceux qui se mobilisent pour Alep, nous sommes nombreux à nous être mobilisés pour Gaza, contre les interventions militaires en Afghanistan, en Iraq, en Libye ou ailleurs, et que nous ne renonçons pas, contrairement à toi qui as choisi de ne pas être dans la rue hier soir pour dénoncer la boucherie en cours, à notre cohérence politique, à nos idéaux et à l’anti-impérialisme. Et demande-toi si c’est un argument.


***


Voilà donc, « camarade », ce que je voulais te dire. Le ton n'est pas très agréable, j'en conviens, mais ce n'est pas grand chose à côté de l'indifférence, parfois même du mépris que tu affiches vis-à-vis du martyre d'Alep. 

Tu feras ce que tu veux de cette lettre, et tu as bien évidemment le droit de continuer à te gargariser de ta vision « géopolitique » à courte vue et de ton « anti-impéralisme » pavlovien pendant que les Syriens crèvent sous les bombes de Poutine et d’Assad, et sous tes yeux.

On ne parle pas ici d'un exercice de rhétorique sur Facebook par commentaires interposés, mais de milliers, de dizaines de milliers de vies. On ne parle pas d’une divergence entre nous sur l’appréciation de tel ou tel événement, mais de ton silence complice ou de tes misérables contorsions face à l’une des plus grandes tragédies de notre temps. On ne parle pas d’un simple désaccord politique, mais d’une véritable rupture. 

Je ne sais pas quand nous nous parlerons la prochaine fois, « camarade ». Mais ce que je sais, c’est que si tu persistes, et malheureusement je crois que c'est ce que tu vas faire, il n’y aura même plus de guillemets, car il n’y aura plus de camarade.

Je te laisse avec le Che, qui a quelque chose à te dire :

« Surtout, soyez toujours capables de ressentir au plus profond de votre cœur n'importe quelle injustice commise contre n'importe qui, où que ce soit dans le monde. C'est la plus belle qualité d'un révolutionnaire. »


Julien Salingue, le 15 décembre 2016


PS : Non, je n'ai pas mis de notes. Ce n'est pas dans mes habitudes de ne pas indiquer de références, mais tu auras probablement compris que c'est volontaire. Car comme tu es très doué pour faire des recherches sur internet (et ailleurs ?), on sait très bien toi et moi que tu pourras retrouver l'ensemble des sources utilisées ici.